Japonisant

Japonisant

Il y a 7 ans, quand je me suis décidée à acheter ma première machine à coudre, je ne m’imaginais pas une seconde aller jusqu’à coudre des vêtements pour mon fils et moi. J’avais même choisi une machine qui ne faisait pas les boutonnières automatiquement, puisque j’étais censée coudre des cousins et des rideaux.

Puis j’ai découvert le livre IPBB d’Astrid Le Provost en librairie et ça m’a donné envie. Mon fils Martin avait pourtant presque 3 ans et je ne pouvais lui coudre que le Bob ou le short. Mais les patrons m’ont tellement plu que je l’ai acheté sans réfléchir. Chose étonnante, je suis plutôt du genre à trop réfléchir habituellement.

Je jetais mon œil sur le Burda que ma mère achetait occasionnellement mais quand je tentais de lire les explications je baissais les bras. Chose moins étonnante,  il m’est impossible de commencer quelque chose si je ne suis pas certaine de réussir. La peur de l’échec a tendance à me faire reculer. Une vraie poule mouillée !

Comme la plupart d’entre nous, j’ai tenté les patrons japonais. Et les patrons japonais, comment dire ? Ils ont été un peu comme un prof de couture. Un coach. Le monde à l’envers en somme. Les expications en français, c’était du chinois et les dessins japonais, c’était super compréhensif.
C’est d’ailleurs eux qui au fil du temps m’ont aidé à apprivoiser les fameux Burda.

Maintenant je n’ai plus peur. Colette a déjà eu droit à des vêtements issus des intemporels. Elle a eu droit à une tunique japonaise d’apparence anglaise. Et aujourd’hui, place à une la tunique allemande au tissu anglais et d’apparence japonaise. Vive la mondialisation !

Son nouvel ensemble est composé donc d’une tunique issue du Burda de septembre 2013, cousue en Liberty Mitsi gris clair qui me rappelle les fleurs de cerisiers.

J’ai fait la taille 80 cm (12 mois) qui est trop grande pour le moment. j’essaierai prochainement la taille du dessous avec un Liberty tout aussi joli.

Pour compléter l’ensemble, j’avais déjà en stock un pantalon cousu en lainage d’une couleur assez difficile à définir. C’est un mélange chiné entre le gris anthracite et le bleu marine. Je l’ai cousu avant la tunique, d’après un patron que j’ai dessiné, d’une taille volontairement plus grande parce que j’avais d’autres priorités et je pensais qu’il traînerait plus longtemps dans ma montagne d’encours. Il est doublé d’un coton tout doux pour ne pas gratouiller les p’tits genoux de ma bébé ; l’apprentissage du 4 pattes leur laissant déjà des rougeurs.

J’aime préparer des petits ensembles assortis à ma puce ♡. Il ne me reste plus qu’à lui tricoter un gilet vieux rose pour finaliser celui ci. J’avais pensé le faire entièrement en côtes 2/2 mais j’ai peur de me rabattre sur le point mousse pour gagner du temps. Il faut que je réfléchisse. ◕‿-

Share

5 réactions au sujet de « Japonisant »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *