Archives de
Auteur : spica lili

Caramel baby

Caramel baby

 J’espère que vous avez passé un bon Noël, que ce soit en famille, au lit ou en boite de nuit !

Le notre a été, comment dire… chocolaté ! Le gentil barbu n’a pas eu la hotte légère. Et ce n’est pas pour me déplaire…

Colette n’a pas encore le droit d’en manger. Mais ne la plaignez pas, elle a eu, par son arrière grand-mère, un splendide cabriolet rose avec sièges en plastique, pneus lisses et direction bloquée. Rien que ça !!! 😉

Et puis ce n’est pas comme ci je n’avais pas anticipé en lui tricotant du caramel.

Quatre petites dents toutes neuves ont pointé le bout de leur émail. Ne vous fiez pas à la photo, le sourire arboré n’a absolument rien à voir avec l’évènement.

Comme c’est la période des cadeaux et des enfants heureux, je vous propose un tuto.

( TUTO spécial débutantes )

 Le gilet est tricoté en top down, c’est-à-dire à partir du haut, et d’une seule pièce, ce qui permet de réduire le nombre de coutures. Il n’y aura que les manches à fermer.

Taille du gilet : 12 mois, facilement ajustable en rallongeant ou en réduisant quelques rangs sur le yoke (= la partie qui va du cou aux aisselles). La largeur est de 28 cm et la longueur aussi. La longueur sous la manche est de 17 cm.

Echantillon17 mailles et 30 rangs au point mousse, aiguilles n°5 (à adapter pour obtenir le bon nombre de mailles).

Quantité : Compter 270 mètres de fil.

Points employés : Mousse, tricoter tous les rangs à l’endroit ! Jersey endroit, tricoter les rangs endroits à l’endroit et les rangs envers à l’envers. Augmentation levée KRL, attraper avec l’aiguille droite la maille située sous la première maille de l’aiguille gauche, la remonter sur l’aiguille gauche et la tricoter à l’endroit. Boutonnières, faire un jeté et tricoter les 2 mailles suivantes ensembles à l’endroit.Diminutions (pour les manches), tricoter les 2 premières mailles ou les 2 dernières du rang ensembles.

 

Encolure

Monter 63 mailles et tricoter 4 rangs au point mousse. Placer des anneaux marqueurs après les mailles n° 15 ; 17 ; 22 ; 24 ; 39 ; 41 ; 46 et 48.

Au 3 ème rang, former les boutonnières et commencer les augmentations en procédant comme ceci : tricoter 2 mailles, faire un jeté, tricoter les 2 mailles suivantes ensembles à l’endroit, tricoter 9 mailles, faire un jeté, tricoter les 2 mailles suivantes ensembles à l’endroit puis continuer à l’endroit jusqu’au bout du rang. Faire les augmentations levées KRL juste avant et juste après les anneaux marqueurs.

Les parties principales sont tricotées au point mousse et les ensembles de 2 mailles entre les anneaux marqueurs sont tricotés en jersey endroit.

Faire les augmentations tous les rangs impairs.

Continuer ainsi en augmentant tous les 2 rangs.

Au 27 ème rang, former les boutonnières : tricoter 2 mailles, faire un jeté, tricoter les 2 mailles suivantes ensembles à l’endroit, tricoter 9 mailles, faire un jeté, tricoter les 2 mailles suivantes ensembles à l’endroit puis continuer à l’endroit.

Au 30 ème rang, après 13 augmentations, on a : 15 (devant) + 13 (aug.) + 2 (raglan) + 13 (aug.) + 5 (manche) +13 (aug.) + 2 (raglan) + 13 (aug.) + 15 (dos) + 13 (aug.) + 2 (raglan) + 13 (aug.) + 5 (manche) + 13 (aug.) + 2 (raglan) + 13 (aug.) + 15 (devant) = 167 mailles.

 

Corps

Continuer en tricotant au point mousse et en plaçant les manches sur des arrêtes-mailles.

Pour le corps tricoter de cette façon : 15 (devant) + 13 (aug.) + 1 (raglan) + monter 4 nouvelles mailles à la suite (dessous de bras) {les 33 mailles de la manche sont mises en attente} + 1 (raglan) + 13 (aug.) + 15 (dos) + 13 (aug.) + 1 (raglan) + monter 4 nouvelles mailles à la suite (dessous de bras) {les 33 mailles de la manche sont mises en attente} + 1 (raglan) + 13 (aug.) + 15 (devant) = 109 mailles.

Enlever les anneaux marqueurs.

Continuer au point mousse jusqu’au 80 ème rang. Fermer.

 

Manches

Monter 2 mailles, reprendre les 33 mailles {1 (raglan) + 13 (aug.) + 5 (manche) +13 (aug.) + 1 (raglan)} et monter 2 mailles à la suite. On a 37 mailles. Tricoter au point mousse.

Diminuer tous les 5 rangs, 1 maille de chaque côté, 8 fois. On a 21 mailles. Continuer droit jusqu’au 82 ème rang. Fermer très très souplement pour pouvoir passer aisément la main de bébé. J’ai utilisé une aiguille n°9 pour le rang de fermeture.

 

Finitions

Coudre les dessous de manches.

Rentrer les fils.

Coudre les 4 boutons.

 

 

Conseil matière: Vous pouvez utiliser de la Népal (4 pelotes); de la Big Merino (4 pelotes); de l’Alpaga en double (4 pelotes) de chez Drops ou de la Holstgarn en double. J’ai utilisé 10 pelotes de Laine Mérinos Alpaga de chez Phildar, coloris miel (qui n’existe plus malheureusement).

Mon objectif, en tricotant ce gilet, était de pouvoir l’utiliser éventuellement en petit manteau pour les matinées frisquettes du printemps, dans le cas où Colette pousserait moins vite qu’un champignon. Mais je pense que c’est son cousin Arthur qui en héritera avant les premiers rayons de soleil.

Je vous souhaite une excellente annèe 2014 !

Share
Japonisant

Japonisant

Il y a 7 ans, quand je me suis décidée à acheter ma première machine à coudre, je ne m’imaginais pas une seconde aller jusqu’à coudre des vêtements pour mon fils et moi. J’avais même choisi une machine qui ne faisait pas les boutonnières automatiquement, puisque j’étais censée coudre des cousins et des rideaux.

Puis j’ai découvert le livre IPBB d’Astrid Le Provost en librairie et ça m’a donné envie. Mon fils Martin avait pourtant presque 3 ans et je ne pouvais lui coudre que le Bob ou le short. Mais les patrons m’ont tellement plu que je l’ai acheté sans réfléchir. Chose étonnante, je suis plutôt du genre à trop réfléchir habituellement.

Je jetais mon œil sur le Burda que ma mère achetait occasionnellement mais quand je tentais de lire les explications je baissais les bras. Chose moins étonnante,  il m’est impossible de commencer quelque chose si je ne suis pas certaine de réussir. La peur de l’échec a tendance à me faire reculer. Une vraie poule mouillée !

Comme la plupart d’entre nous, j’ai tenté les patrons japonais. Et les patrons japonais, comment dire ? Ils ont été un peu comme un prof de couture. Un coach. Le monde à l’envers en somme. Les expications en français, c’était du chinois et les dessins japonais, c’était super compréhensif.
C’est d’ailleurs eux qui au fil du temps m’ont aidé à apprivoiser les fameux Burda.

Maintenant je n’ai plus peur. Colette a déjà eu droit à des vêtements issus des intemporels. Elle a eu droit à une tunique japonaise d’apparence anglaise. Et aujourd’hui, place à une la tunique allemande au tissu anglais et d’apparence japonaise. Vive la mondialisation !

Son nouvel ensemble est composé donc d’une tunique issue du Burda de septembre 2013, cousue en Liberty Mitsi gris clair qui me rappelle les fleurs de cerisiers.

J’ai fait la taille 80 cm (12 mois) qui est trop grande pour le moment. j’essaierai prochainement la taille du dessous avec un Liberty tout aussi joli.

Pour compléter l’ensemble, j’avais déjà en stock un pantalon cousu en lainage d’une couleur assez difficile à définir. C’est un mélange chiné entre le gris anthracite et le bleu marine. Je l’ai cousu avant la tunique, d’après un patron que j’ai dessiné, d’une taille volontairement plus grande parce que j’avais d’autres priorités et je pensais qu’il traînerait plus longtemps dans ma montagne d’encours. Il est doublé d’un coton tout doux pour ne pas gratouiller les p’tits genoux de ma bébé ; l’apprentissage du 4 pattes leur laissant déjà des rougeurs.

J’aime préparer des petits ensembles assortis à ma puce ♡. Il ne me reste plus qu’à lui tricoter un gilet vieux rose pour finaliser celui ci. J’avais pensé le faire entièrement en côtes 2/2 mais j’ai peur de me rabattre sur le point mousse pour gagner du temps. Il faut que je réfléchisse. ◕‿-

Share
Embruns

Embruns

Les fêtes de fin d’année approchent. J-4, enfin J-3 presque.

Et comme tous les ans, je n’ai encore acheté aucun cadeau, aucun menu prévu, rien. Si juste les cadeaux de Martin, acheté hier après midi et TOUS disponibles ! A croire qu’il n’a pas les mêmes envies que ses camarades.

Eh oui c’est bien moi ça : la reine de la dernière minute. Toujours dans l’urgence !

Pour le BTS j’ai dû carburer le matin pour passer devant le jury l’après-midi même. Et j’ai tapissé la chambre de Colette le 1er mai. Elle est née le 6 !

Pour les petits tricots maison tout chauds, c’est quand le froid de décembre s’installe que je fais chauffer les aiguilles. J’ai pourtant tous les matériaux et le matériel disponibles depuis des lustres.

C’est à se demander ce qui m’ait passé par la tête d’avoir tricoté non seulement de la laine en automne mais surtout d’avoir donné un air quasiment estival au gilet de Colette. 🙂

En ce mois de décembre, quoi de plus normal que de porter des petits poissons flottants dans des vagues de rangs raccourcis !

Il s’agit, vous l’aurez reconnu, du modèle de la Droguerie paru dans le livre « Le 3ème bébé ». La brassière est facile et va vite à faire, elle ne comporte aucune couture. Le nirvana.

Je l’ai tricotée en pure laine Malmedy « embruns » achetée à la Lainière de Wazemmes près de Lille.

Cette laine est absolument merveilleuse. Elle ne peluche pas, elle donne un très beau rendu au point mousse, elle est assez élastique, pas cassante. Et surtout il y a un choix inouï de couleurs.

J’ai des chaussons/chaussettes sur les aiguilles que j’ai subitement eu envie de tricoter quand j’ai vu ceux de Petite Pimprenelle. J’ai plutôt intérêt à me dépêcher parce qu’une certaine Bébé s’est rendue compte que les meubles, en plus de bouger quand on les poussait, comportaient une possibilité d’évolution et que les pieds pourraient éventuellement servir à autre chose qu’à faire des pompes sur le carrelage.

Share
♡ Cœur à l’ouvrage +TUTO

♡ Cœur à l’ouvrage +TUTO

Colette est née avec les cheveux oranges. Elle est ma-gni-fïque ! Cristina Cordula power

Oui je sais, je ne suis pas la personne la mieux placée dans son arbre généalogique pour faire preuve d’objectivité mais je la trouve belle. C’est comme ça.

Dire qu’au moyen-âge, les roux étaient associés au diable (les jumeaux aussi d’ailleurs). Et dire que certains enfants souffrent encore à l’heure actuelle des moqueries de leurs camarades.

Et s’il n’y avait que les enfants… Le mois dernier, dans une boutique de prêt-à-porter, une vendeuse m’a niaisement lâché : « Oh elle est rousse. Ne vous inquiétez pas, il y a de grandes chances pour que ça change. » O_o Que répondre à ca ? J’ai payé le pull irlandais orange (coïncidence) en lui glissant que j’espérais que ses cheveux restent ainsi.

En parlant d’irlandais, vous saviez que 10% de la population irlandaise est rousse ? C’est la plus forte proportion après l’Ecosse. Alors que la rousseur est une couleur de cheveux qui représente approximativement 1 à 2 % de la population humaine. Merci wiki 😉

Colette, ma perle rare, est en grande partie d’origine polonaise avec un peu d’Espagne, de Flandre et d’Auvergne dans son buisson généalogique. Mais pas d’Irlande. Alors pour palier à ça, il était nécessaire de lui tricoter an Aran Sweater.

Gilet 50% irlandais pour l’aspect et 50% népalais pour la matière.

Il a été tricoté en Laine Népal de DROPS couleur gris clair mix 0500m achetée chez Kalidou.

Et je vous asure que 65% de laine + 35% d’alpaga = 100% de chaleur et de douceur.

Le dos est tricoté en jersey et sur le devant il y a des torsades, du point mousse, du jersey et des petits coeurs. J’adore l’association point mousse et torsade.

Je vous propose un TUTO pour le réaliser si le cœur vous en dit.

Taille du gilet : 9/12 mois (facilement ajustable en ajoutant ou en enlevant quelques mailles en largeur)

Echantillon : selon l’étiquette 17 mailles de jersey pour 10 cm et 22 rangs pour des aiguilles n°5.

Il est tricoté en 5,5 pour plus de gonflant.

Points employés : Jersey (tricoter les rangs endroits à l’endroit et les rangs envers à l’envers). Mousse (tricoter tous les rangs à l’endroit). Côtes 2/2 (sur l’endroit une répétition 2 mailles endroits et de 2 mailles envers. Sur l’envers tricoter les mailles comme elles se présentent). Torsade sur 6 mailles (se tricote comme du jersey en croisant les 3 premières mailles avec les 3 dernières tous les 8 rangs)

 

Dos

Monter 40 mailles et tricoter 4 rangs de côtes 2/2 puis du jersey.

A 13 cm diminuer pour les emmanchures de chaque côté : 1 fois 2 mailles et 2 fois 1 maille. On a 32 mailles.

A 24 cm, diminuer les 14 mailles centrales. Continuer les côtés séparemment en diminuant 2 rangs plus haut, côté encolure : 1 fois 4 mailles.

2 rangs plus haut (à 56 rangs, 25 cm), fermer en rabattant les 5 mailles restantes.

 

Devants

DROIT

Monter 22 mailles et tricoter 4 rangs de côtes 2/2 puis continuer en suivant le dessin composé de 5 mailles de jersey, 3 mailles de mousse, 6 mailles de torsade, 3 mailles de mousse et 5 mailles de jersey.

A 13 cm diminuer pour les emmanchures de chaque côté : 1 fois 2 mailles et 2 fois 1 maille. On a 18 mailles.

A 19 cm (46 rangs), diminuer, côté encolure, tous les 2 rangs : 1 fois 7 mailles ; 1 fois 3 mailles ; 1 fois 2 mailles et 1 fois 1 maille puis rabattre les 5 mailles restantes (56 rangs, 25 cm).

GAUCHE

Tricoter comme le devant droit en miroir.

 

Manches

Monter 24 mailles et tricoter 4 rangs de côtes 2/2 puis du jersey.

Augmenter tous les 6 rangs après les côtes, 1 maille de chaque côté, 5 fois. On a 34 mailles.

2 rangs plus haut diminuer de chaque côté 1 fois 2 mailles et 1 fois 1 maille.

A 40 rangs, fermer en rabattant les 28 mailles restantes.

 

Finitions

Coudre les épaules et les côtés et les manches.

Relever à la suite, le long de la bande de fermeture, de l’encolure et de l’autre bande de fermeture, 31 mailles + 56 mailles + 31 mailles = 118 mailles.

Tricoter 4 rangs en côtes 2/2.

Au 3ème rang, insérer les boutonnières aux mailles n° 3 ; 12 ; 21 et 30.

Pour réaliser les boutonnières, faire 1 jeté et tricoter les 2 mailles suivantes en même temps.

Fermer au 5ème rang.

Coudre les boutons.

 

Ma poupée r(o)usse portant son irlandais.

Si vous réalisez vous aussi le gilet « Cœur à l’ouvrage« , je serais ravie de l’admirer. N’hésitez pas à me le faire savoir. Vous pouvez me retrouver aussi sur Ravelry. Et si vous rencontrez une difficultée en le tricotant, appelez-moi à l’aide. 😉

Share
Les oubliés 5 : Ingalls bis

Les oubliés 5 : Ingalls bis

Dernier jour d’inventaire. Demain place aux news…

Si mes souvenirs sont bons, ça doit faire 7 ans que j’ai commencé la couture, en découvrant par hasard le blog de Graines d’Ange.

J’ai acheté le livre d’Astrid Le Provost des Intemporels pour bébés, une machine à coudre premier prix dans une grande enseigne d’electroménager et roule ma poule.

J’ai appris à monter des mailles, à fermer un tricot, les augmentations, les diminutions. Puis le magic loop, le tricot en anglais, les torsades, le crochet. Ma Mamie me faisait tricoter du point mousse quand j’étais petite mais c’est elle qui commençait et qui rectifiait les pertes de mailles. Maintenant que je sais le boulot qu’il faut pour faire un pull portable, je me dis que waou elle assurait. Elle faisait du jacquard avec des grilles représentant les personnages des Walt Disney du moment pour mes cousins. Et moi, petite fille ingrate, je ne voulais pas de ses pulls parce que « ça gratte, je préfère acheter des t-shirts waïkiki, c’est trop ringard le tricot ».

La couture c’est ma mère qui s’y collait. Elle me cousait des cyclistes parce que c’était à la mode.

Ah quelle époque !

Et maintenant c’est moi qui afflige à ma fille des béguins en Liberty (♡ Edenham ♡).

C’est celui des IPBB. Il est réversible avec une face en lin rhubarbe et un gros ruban en satin pour le rendre encore plus rétro. Ingalls un jour, Ingalls toujours !!!

Il faut croire que ma Mamie était trop dans le coup pour moi.

Share